Culture de sécurité, par où commencer ?

En ce moment, l’évolution de la technologie facilite la tâche aux entreprises. Par exemple, elles peuvent s’abonner à des logiciels en ligne au lieu d’en installer sur les ordinateurs. Le seul inconvénient, c’est que les risques cybernétiques augmentent toujours. Les sociétés décident donc de s’appuyer sur des opérations informatiques plus sécurisées.

Avant de mettre en place une stratégie de sécurité fiable, la connaissance des sources des intrusions s’impose. Il peut s’agir d’une erreur humaine que les pirates informatiques utilisent pour voler des données. Par conséquent, tout commence par le changement de l’état d’esprit des salariés ou culture de sécurité.

La culture de sécurité : en quoi consiste-t-elle ?

La culture de sécurité, c’est un aspect de la culture d’entreprise qui pousse les salariés à participer à la protection de la société dans leurs tâches quotidiennes. Chacun intègre les bonnes pratiques de sécurité dans leurs activités. Le but est de réduire les risques professionnels relatifs à l’activité professionnel.

Ce concept ne se base pas seulement sur la sensibilisation de la sécurité. Les utilisateurs qui comprennent les procédures ne les respectent pas forcément. Un suivi régulier s’implique donc pour s’assurer qu’ils y contribuent.

Une gouvernance focalisée sur le leadership

Les grands changements au sein d’une entreprise débutent dans la direction. Ainsi, la première chose à faire est de veiller à ce que l’administration s’intéresse à l’entretien de la cybersécurité. L’équipe doit accepter l’idée et communiquer cela au reste de l’organisme. Chaque collaborateur doit considérer ce concept comme un enjeu pour le développement de l’activité.

Afin d’obtenir l’approbation des membres de la direction, effectuer des réunions entre eux et le responsable de l’informatique s’avère nécessaire. Ce dernier rédige et explique un rapport sur l’importance de la cybersécurité. Il met au courant les cadres de la technologie existante pour diminuer les menaces. Il expose les idées pour optimiser la culture de sécurité au sein de la société.

Les cadres intermédiaires jouent aussi des rôles dans cette quête. Ils exécutent directement leur travail avec les salariés. Ils ont l’opportunité de les apprendre comment veiller régulièrement à la protection de l’entreprise. Par exemple, les gestionnaires peuvent donner l’exemple et ne copient pas des fichiers sensibles pour des raisons personnelles.

La politique de sécurité

La politique de sécurité guide la réaction des employés. Il semble dans ce cas nécessaire d’en créer deux documents. Le premier concerne l’officielle. C’est la DSI qui la prépare, puis l’ensemble des parties prenantes la valide. Ce dossier mentionne les règles et les procédures à suivre pour les personnes qui accèdent aux systèmes de l’entreprise.

Le second document, c’est celui conçu par les DRH. Il éclaircit sur la vision de la sécurité pour les entreprises. Il explique également l’importance du respect des pratiques liées à cette protection pour la croissance de l’organisme. Toutefois, détailler sur ce dossier les conséquences du non-respect de cette politique incite les salariés à y apporter plus d’efforts. Un employé qui ne suit pas les règles peut souffrir d’une mauvaise réputation, d’un licenciement, etc.

Les responsables du recrutement et les RH s’assurent à ce que les nouveaux travailleurs lisent ces documents dès le début.

La formation des employés

Former les employés sur la cybersécurité semble parfois inutile, mais c’est bénéfique. Selon quelques études, plus de 30 % des salariés disent qu’un apprentissage insuffisant est le premier obstacle à la gestion des risques informatiques.

Les formations existent en plusieurs sortes. Les présentations sur PowerPoint s’avèrent très fiables. Elles permettent d’expliquer aux employés tous les points liés à la culture de sécurité. Au sein de certaines sociétés, chaque nouvel artisan doit suivre une vidéo sur la protection des données avant d’intégrer les services. Les salariés qui bénéficient d’un tel apprentissage rencontrent rarement des problèmes.

Le jeu de rôle figure également comme une solution pour favoriser la contribution des employés sur la protection de la société. Dans les deux cas, les formateurs doivent s’assurer que le contenu de chaque apprentissage convient aux salariés.

L’encouragement des salariés à signaler les incidents

L’entreprise fonctionne comme une communauté où tout le monde contribue à sa prospérité. Les responsables et les employés disposent d’un droit sur le développement de l’organisme. Les cadres ont pour mission d’encourage chaque collaborateur à signaler les incidents et les éléments qu’ils considèrent comme suspects. Ils doivent les fournir des moyens qui les facilitent la tâche.

Les gestionnaires peuvent aussi essayer de reconnaître ceux qui suspectent les problèmes. Cela aide à inciter aux autres qu’ils doivent agir de la même façon. La mise en œuvre de la culture de sécurité au sein d’une société demande de l’effort. Mais l’encouragement se présente comme bénéfique pour toutes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tweetez
Partagez
Partagez